top of page
  • Photo du rédacteurJean Noël Bruère

Euh, donc du coup, effectivement…




Ils sont partout et on ne les remarque même plus.


Se glissant furtivement dans les plus petits interstices de vos prises de parole, ils les rendent pénibles et filandreuses.


Ils sont innocents et souvent inconscients mais ils finissent par exaspérer vos interlocuteurs, affaiblir le contenu de vos messages et révéler inutilement certains aspects de votre personnalité.


Ce sont les tics verbaux.


DE QUOI ON PARLE


Ces tics sont des expressions ou des mots répétés mécaniquement, sans réelle conscience de leur utilisation.


Il en existe trois catégories:


1.   Les mots béquilles :


Il y a notamment les "en fait », les "euh," les "effectivement ».


Ils sont utilisés pour combler les vides ou marquer des pauses dans votre discours.


2.   Les mots à la mode :


Des expressions comme "grave," "méga," ou "trop bien" certifient une appartenance générationnelle et montrent une influence culturelle.


3.   Les révélateurs de personnalité :


Qui trahissent inconsciemment des traits de votre caractère ou des insécurités personnelles, comme "c’est clair" ou "j’avoue."


CE QUI LES REND INSUPPORTABLES


Ils peuvent être particulièrement agaçants quand ils interrompent le flux naturel de la conversation et distraient votre auditeur.


L'utilisation excessive d’expressions comme "du coup" peut faire perdre le fil à votre interlocuteur, rendant vos échanges laborieux.


COMMENT ILS AFFAIBLISSENT VOTRE LANGAGE


Les tics de langage appauvrissent votre communication en remplaçant des expressions nuancées et précises par des formules vides de sens.


Par exemple, dire "c'est grave bien" au lieu de "c'est extrêmement intéressant" dilue la force de votre message.


Les tics comme "bref" ou "en fait" peuvent donner l'impression que vous êtes incohérent ou hésitant.


Au-delà de l’affaiblissement sémantique, certains tics peuvent instaurer des barrières à la discussion.


Des expressions telles que "point barre" ou "c’est évident" ferment la porte à tout débat et peuvent minimiser ou invalider d’avance le point de vue de l'autre, rendant la communication unilatérale et moins interactive.


CE QU’ILS DISENT DE VOUS


Ils ont aussi une dimension sociale et psychologique.


Ils servent souvent de signaux d'appartenance ou d'inclusion au sein d'un groupe social ou d'une génération.


Une adolescente dira "c’est trop stylé" pour se connecter à ses pairs, tandis qu'un professionnel pourra multiplier les "absolument" pour paraître affirmatif et convaincu

.

Sur le plan psychologique, des expressions comme "je gère" révèlent une obsession pour le contrôle et la performance, reflétant ainsi les préoccupations et les discours dominants de notre époque.


Autre exemple, une personne utilisant fréquemment "voilà" pour conclure ses propos peut sembler peu assurée ou peu engagée dans la conversation.


COMMENT VOUS EN DEFAIRE


Il y a plusieurs méthodes :


1.   Filmez-vous ou enregistrez-vous :


Il s’agit là d’en prendre conscience et d’identifier les contextes dans lesquels ils apparaissent. Ca vous aidera pour la suite.


Par exemple, vous pourriez découvrir que vous dites "en fait" chaque fois que vous êtes sur le point de faire une affirmation.


2.   Lisez et enrichissez votre vocabulaire :


Se nourrir de contenus variés et de qualité vous permet de diversifier votre langage et de vous passer de mots répétitifs.


Lire des livres, des articles de fond ou regarder des pièces de théâtre vous aide à introduire de expressions nouvelles et riches dans votre répertoire.


3.   Acceptez les vides :


Apprendre à être à l'aise avec le silence dans la conversation vous permet de combattre l’envie de combler chaque pause par des expressions sans queue ni tête.


Cela rend également votre discours plus réfléchi et moins précipité.


4.  Entrainez-vous à la prise de parole :


Il est essentiel de pratiquer et de vous entrainer avec constance et détermination pour réduire vos tics de langage.


Par exemple, avant vos discours ou vos présentations, apprenez à en noter les points clés et habituez-vous à les exprimer clairement. Repérez vos béquilles verbales et éliminez-les posément.



 

 

Ces mauvaises habitudes linguistiques sont bien plus que de simples nuisances linguistiques. En plus d'affaiblir l'efficacité de votre communication, ils sont le reflet de vos insécurités, de vos habitudes culturelles et de votre désir d'appartenance.


Raison de plus pour les repérer et pour vous en débarrasser…


 

Auteur : Jean-Noël BRUERE

Droits réservés Coach Réunion Consulting 2024 ®

 

21 vues0 commentaire

Comments


bottom of page