Coachs professionnels : Attention aux questions puissantes!

Dernière mise à jour : 28 août


Un seul petit coup de marteau sur un tuyau débloque toute une installation de plomberie, vous connaissez sans doute cette métaphore. En coaching, elle correspond à ces « questions puissantes » parfois posées par vous pour accélérer la progression de votre client.


Prudence ! Avant de vous y lancer, faites attention à bien évaluer les messages implicites et potentiellement contre-productifs qu’elles charrient avec elles.


Voici quelques repères sur les 3 familles de ces messages subliminaux qui, si vous n’y prenez pas garde, risquent d’enfoncer votre client et de saborder votre travail d’accompagnement.


1er message implicite : Moi coach, je suis plus fort que vous, client


Exemples de questions puissantes :

- « Qu’attendez-vous de moi ? »

Implicite : Posez les questions, j’ai les réponses. C’est moi qui sais.


- « Quels résultats souhaitez-vous atteindre d’ici la fin de ce coaching ? »

Implicite : Je vais vous faire atteindre vos objectifs. J’en ai les moyens, choisissez dans mon catalogue.


2ème message implicite : Vous, client, avez peu de valeur


Exemples de questions puissantes :

- « Si vous osez vraiment affirmer votre rêve, vous dites quoi ? »

Implicite : Vous êtes petit bras, vous manquez vraiment d’ambition.


- « Vous vous sentez dans le flou, c’est quoi le problème ? »

Implicite : Vous êtes quand même un peu bête.


1er et 2ème message en même temps : Moi, coach je suis en position dominante et vous, client n’avez pas de valeur


Exemple de question puissante :

- « Vous êtes compétent en négociation, comment vous en servir dans cette situation?»

Implicites : Moi, coach, je sais ce que vous devez faire et je vous le dis. Pauvre pomme, comment n’y avez-vous pas pensé plus tôt ?


3ème message implicite : Les émotions évoquées par vous, le client ne servent à rien


Exemple de question puissante :

- « Le changement demandé par votre direction vous parait risqué. Si vous n’aviez pas peur que feriez-vous ? »

Implicite : Vous avez tort d’avoir peur. Je vous pousse à sauter le pas. Je dévalorise votre peur, je ne m’en servirai pas comme matériau dans le coaching.


Et si une de ces « questions puissantes » vous brûle les lèvres au cours d’une séance, rappelez-vous que faire silence est aussi une posture très efficace en coaching, en attendant d’en parler avec votre superviseur.


Auteur: Jean-Noël BRUERE

Droits réservés COACH REUNION CONSULTING

29 vues0 commentaire