Coaching: L'envie de changer est nécessaire, et suffisante.

Dernière mise à jour : juil. 29



S'il y a un sujet sur lequel le coach se tient particulièrement attentif chez son client, en permanence et dès la première séance, c'est l'existence (même minime) de son envie de changer.


Si celle-ci se révèle totalement absente, ou si elle a disparu en cours de route, il doit suspendre le coaching et faire le point sur ce qui se passe.


Il n'y a rien d'honteux ou de repréhensible à découvrir que l'on peut finalement s'accommoder d'une situation que l'on trouvait auparavant assez inconfortable pour vouloir en sortir. La responsabilité du coach est de le constater et d'en parler avec son client.


PAS OU PLUS D'ENVIE DE CHANGER: INTERRUPTION DE L'ACCOMPAGNEMENT


Alors, si vous envisagez vous-même de suivre un coaching, ayant réalisé que soit:


- Quelque chose ne va pas dans votre vie professionnelle ou personnelle;

- Soit tout va plutôt bien mais ça pourrait aller encore mieux.


Et que:


- Vous pensez que vous avez besoin d'une aide extérieure pour avancer;

- Vous vous sentez prêt à vous associer avec un professionnel du coaching;

- Vous avez trouvé un coach qui vous inspire confiance.


Attendez vous à ce que celui-ci questionne parfois (avec tact et délicatesse bien sûr) votre volonté de changer, carburant indispensable pour faire avancer votre attelage à deux.


Bons coachings!



Auteur: Jean-Noël BRUERE

Président fondateur de SAS COACH REUNION CONSULTING


Retour à la page d'accueil


13 vues0 commentaire